Qu'est-ce qu'une mare ? La vie dans les mares. Amphibiens.

Grenouilles et crapauds

En Franche-comté, on recense actuellement 8 espèces de grenouilles, parmi lesquelles les plus abondantes sont les grenouilles rousse et verte.
On connait actuellement 4 espèces de crapauds en Franche-Comté.

Tout le monde ou presque sait reconnaître une grenouille : une grande bouche, de grandes pattes arrières pour sauter, nager ou courir, des doigts palmés. La plupart pondent leurs œufs en grosses masses gélatineuses facilement visibles au printemps.

La grenouille rousse (Rana temporaria) : sans doute la plus connue des grenouilles, car traditionnellement consommée, malheureusement pour elle… Malgré cela, elle reste très commune en Franche-Comté, en plaine comme en altitude. Sa robe globalement brune passe souvent inaperçue en milieu forestier. Elles sont les premières grenouilles à pondre dès la fin de l’hiver.
[JPG] GrenRousse
Photographie Laurent DELAFOLLYE - CREN

Autres photos

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle

 

La grenouille agile (Rana dalmatina) ressemble quelque peu à la grenouille rousse. Elle s’en distingue cependant par quelques détails morphologiques comme la longueur des pattes postérieures, la forme du museau, la coloration de l'oeil... Du fait de sa difficulté d'identification, elle est souvent consommée alors que son statut de protection l'interdit ! En Franche-Comté, elle est principalement présente dans les régions de faible altitude et aux abords des cours d’eau.
[JPG] GrAgile
Photographie Laurent MARSOL- ONF

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle


Le terme « grenouilles vertes » regroupe en fait plusieurs espèces qui parviennent à se reproduire entre elles : la grenouille verte sensu stricto (Rana esculenta) et la grenouille de Lessona (Rana lessonae).
[JPG] GrVerteEsc Photographie Jean-Pierre VACHER

La distinction entre les hybrides est souvent délicate. Ce groupe d’espèces est un des plus visibles, les adultes restant dans l’eau pendant le jour et une grande partie de l’année. Les grenouilles vertes sont très largement répandues et considérées comme peu menacées dans la région.

Chant grenouille verte :

Chant grenouille de Lessona :

Documents sonores aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle


La grenouille rieuse (Rana ridibunda). Cette espèce semble très liée aux rivières. L’espèce serait en expansion actuelle en France et dans notre région.
Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle


La grenouille de Perez, plus présente dans le sud de la France, a été observée en de rares endroits dans le sud du Jura franc-comtois. Elle aussi semble en expansion.
Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle


La rainette verte (Hyla arborea) est à notre avis la plus mignonne des grenouilles franc-comtoises. Avec sa peau douce, sa petite taille, ses doigts terminés en ventouse, elle a beaucoup de charme !
[JPG] Rainette
Photographie Guillaume Doucet

Elle adore se hisser sur les branches d’où son autre nom de rainette arboricole. Son chant est aussi très particulier et sonore, bien que peut-être moins séduisant (non, ce ne sont pas des canards que vous entendez la nuit…).
En Franche-Comté, cette espèce est irrégulièrement répartie et semble très menacée. Ses principaux bastions sont la Bresse, le Sundgau et la vallée de l'Ognon.

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle

 

La grenouille des champs (Rana arvensis) : voici la perle rare des grenouilles franc-comtoises. Elle affectionne les forêts et les prairies humides et inondables, milieux en voie de disparition, ce qui explique sa rareté. Les rares données proviennent de la région du Sundgau dans le Territoire-de-Belfort

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle

 

Haut de page

Les crapauds ont globalement un aspect plus massif, souvent une peau verruqueuse qui n’a pas contribué à leur réputation. Leur glande à venin derrière les yeux est souvent bien visible. Les œufs sont pondus en longs cordons ou en petits paquets.

Chez l’alyte accoucheur (Alytes obstetricans), une fois n’est pas coutume, c’est le mâle qui s’occupe le plus de sa progéniture en la transportant entre ses pattes et en la mouillant régulièrement jusqu’à éclosion des têtards.
[JPG] CrapAccouch
Photographie Laurent MARSOL- ONF

Son nom provient de cette attention particulière portée par les pères envers leur progéniture. Le chant de l’alyte est particulier, semblable au son d’une clochette assez aigue. L’alyte n’occupe qu’une partie de la région mais y est bien implanté. Autre particularité : il s’accouple le plus souvent sur le milieu terrestre.

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle



Le sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) se reconnaît aisément à son ventre jaune et noir. Chaque individu présente ainsi un dessin ventral unique, sorte de carte d’identité qu’il conservera tout au long de sa vie. La couleur jaune prévient ses éventuels prédateurs de sa toxicité… En Franche-Comté, l’espèce est encore assez commune et largement répandue, mais semble vulnérable, d’où son niveau de priorité III pour les ORGFH. Photos.
Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle


Le crapaud commun (Bufo bufo) est moins coloré mais parfois de taille imposante.
[JPG] CrapCom2

 

Très largement répandu, il est présent dans toutes sortes de milieux, y compris dans les zones urbaines. Il est hélas particulièrement touché par la circulation routière, notamment lors des migrations printanières.

Autres photos.


Photographie Luc BETTINELLI - CREN

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle

 

Le crapaud calamite (Bufo calamita) est le plus rare de tous les crapauds de Franche-Comté. Son chant puissant est très particulier, pareil à une stridulation d’insecte. Assez lié aux rivières, il est aussi présent dans des sites plus isolés, et est capable de coloniser des sites très artificialisés. Malgré cela, cette espèce est considérée comme très menacée dans notre région. Photos.

Ecouter le chant :
Document sonore aimablement mis à disposition par les éditions Sitelle




Milieu de page